Mot-clé - ostéopathe

Fil des billets

lundi 11 mars 2019

LES DANGERS DU TRAMPOLINE

Comme beaucoup de mes confrères ostéopathes, je vois augmenter de manière inquiétante le nombre de traumatismes lié à la pratique du trampoline. Cette pratique originaire des USA a, depuis plusieurs années, alerté l’Académie Américaine de Pédiatrie qui a déclaré :

"Un trampoline de jardin est un équipement intrinsèquement dangereux et son utilisation devrait être fortement déconseillée,

  • Les enfants de cinq ans et moins sont les plus fréquemment blessés.
  • Les trois quarts des accidents surviennent quand les enfants sautent à plusieurs. Poignets brisés, épaules luxées, fractures représentent près de la moitié des traumatismes.
  • Par ailleurs, les chutes et les tentatives de salto ratées sont aussi à haut risque car elles engendrent souvent des blessures cervicales.
  • Moins fréquentes, les blessures à la tête et au cou représentent quand même 17 % des accidents."

En France, le constat est le même comme l’annonce le docteur Amélie Dhalluin, médecin aux urgences pédiatriques de l’Hôpital Sud de Rennes : « Des fractures, des plaies ouvertes… C’est devenu classique aux urgences pédiatriques.

En effet, en l'espace de dix ans, le nombre d'accidents a été multiplié par 18 en France. Dans un cas sur quatre, c'est la fracture. Bertrand Thélot, responsable de l'unité traumatisme à l'Agence Santé publique France, précise qu'il y a "des accidents qui touchent la colonne vertébrale et nécessitent des traitements longs qui peuvent laisser des séquelles. Mais il s'agit d'une minorité de cas".

Même constat aux urgences pédiatriques de l'Hôpital des enfants (CHU de Toulouse) où Isabelle Claudet, responsable du service déclare que «Nous voyons de plus en plus d'enfants victimes d'accidents suite à des chutes sur des trampolines. Ils tombent sur les montants, les parties métalliques ou le sol, ce qui occasionne des fractures des membres supérieurs, des fractures des jambes et des traumatismes crâniens. Il faut notamment faire attention à l'âge des enfants -avant six ans ils n'ont pas à monter sur un grand trampoline-, et au nombre. Pas question par exemple de laisser des petits, même assis sur le trampoline, avec des grands qui sautent à côté, un rebond suffit à les éjecter du tapis… Il y a de la vitesse, du rebond, des cinétiques complexes qui font des lésions sérieuses ».

Voici les résultats d’une étude réalisée à partir des données de 14 hôpitaux entre 2004 et 2014

                                        figure 2.png
                                        figure 1.png

Situation dans les parcs à trampolines

Depuis 10 ans leur nombre ne cesse de croître en France et le nombre d’accidents aussi. Comme pour les trampolines ‘de jardins’, les entorses, les fractures, les plaies, les commotions sont les traumatismes les plus fréquents. On peut malheureusement dénombrer des accidents plus dramatiques :

  • En janvier 2018, le parc à trampolines de Quimper a été fermé par la préfecture du Finistère, suite à la plainte pour mise en danger de la vie d’autrui déposée par le père d’une jeune femme de 21 ans, gravement blessée lors d’une chute.
  • Le 17 février 2018 à Dunkerque un jeune homme y laissa sa vie, après s’être blessé en atterrissant dans un bassin de réception pourtant rempli de blocs de mousse.
  • Le 22 aout 2018 au Grand-Bornand, c’est un ado de 16 ans qui s’est retrouvé tétraplégique après une réception pourtant sur la toile mais sur la tête.

Consignes à respecter si vous ne pouvez pas résister !

  1. Pas d’enfant de moins de 6ans
  2. Ne jamais l’utiliser à plusieurs
  3. Toujours avec filet de protection tout autour du trampoline pour éviter les chutes.
  4. Pas de sauts trop périlleux ou de salto. Et surtout, on ne saute pas pour monter ou descendre du trampoline.
  5. Toujours surveiller les enfants qui s'amusent.
  6. Installer la structure sur un terrain plat, loin des arbres ou bâtiments.
  7. Couvrir de mousse les cadres en métal, les ressorts et les crochets du trampoline.
  8. Vérifier régulièrement l'état du trampoline.

Agnès Labarbarie, Ostéopathe DO, 1 rue de la mairie, 31570 Lanta, Tel : 07.77.25.57.83. http://agneslabarbarie-osteopathe.fr/

dimanche 4 mars 2018

L'ostéopathie au secours de l'isopraxie du couple cavalier/cheval.

charlotte_dujardin_m.jpg

Charlotte Dujardin et Valégro

Lire la suite...

dimanche 4 février 2018

Traitement de l’apnée du sommeil par l’ostéopathie

Le traitement ostéopathique manuel (OMT) du ganglion sphéno-palatin (SPG) est utilisé de manière empirique pour le traitement de la rhinite et du ronflement, et on pense qu'il augmente la stabilité du pharynx. Un essai a été conçu pour étudier les effets de ce traitement sur la stabilité pharyngée évaluée par la pression de fermeture critique dans le syndrome d´apnées obstructives du sommeil (SAOS).

Méthodes
Cette étude monocentrique, randomisée, croisée et en double aveugle a comparé la manipulation active et la manipulation fictive du SPG. La randomisation a été générée par ordinateur. Les patients ont chacun reçu une manipulation active et une manipulation simulée à un intervalle de 21 jours et ont été évalués 30 min et 48 h après chaque séance administrée par un ostéopathe qualifié. Ni les patients, ni l'investigateur effectuant les évaluations n'ont été informés de l'ordre des deux techniques (en double aveugle). Le critère d'évaluation principal était le pourcentage de patients répondant au traitement, présentant une stabilité pharyngée accrue définie par une variation de la pression de fermeture critique (Pcrit) d'au moins -4 cmH2O à 30 min. Les paramètres secondaires étaient la variation de Pcrit en valeurs absolues, la somnolence et le ronflement. Les autres paramètres étaient la lacrymation (test de Schirmer), la douleur induite, les sensations ressenties pendant l'OMT.

Résultats
Dix patients ont été inclus et neuf (57 <50; 58> ans, comprenant 7 hommes, avec un indice d'apnée-hypopnée de 31,0 <25,5; 33,2> / h (les valeurs sont médianes quartiles)) ont été analysés. Sept patients ont été analysés pour le critère principal et neuf patients ont été analysés pour les critères secondaires. Cinq patients ont répondu après une manipulation active contre aucun patient après une manipulation simulée (p? = 0,0209). La manipulation active induit une douleur plus intense (p = 0,0089), une augmentation du larmoiement (ns) et plus de sensations tactiles, nociceptives et gustatives (13 contre 1) par rapport à la manipulation fictive. Aucune différence significative n'a été observée pour les autres paramètres.

Conclusion
Le traitement manuel ostéopathique du SPG peut améliorer la stabilité du pharynx dans le syndrome d'apnée obstructive du sommeil. Cette étude valide la faisabilité de la méthodologie randomisée, contrôlée et à double insu pour l'évaluation de ce traitement ostéopathique. Les études sur un échantillon de plus grande taille doivent spécifier l'efficacité sur l'indice d'apnée-hypopnée.

Olivier Jacq, Isabelle Arnulf, Thomas Similowski, Valérie Attali. Upper airway stabilization by osteopathic manipulation of the sphenopalatine ganglion versus sham manipulation in OSAS patients : a proof-of-concept, randomized, crossover, double-blind, controlled study. BMC Complementary and Alternative Medicine, BioMed Central, 2017, 17, pp.546. Cédric de tombeur ostéopathe